TRAITÉ DE FONDEMENTS DE PHILOSOPHIE SOCIALE

SUJET 1 : NATURE DE LA PHILOSOPHIE SOCIALE.

1.1  Concept de philosophie sociale.

1.1.1  Par son étymologie, depuis l'antiquité, on comprend par philosophie l'amour à la sagesse, et nous pouvons nous interroger sur le contenu de cette expression immatérielle. L'extension sémantique d'amour contient des significations comme : se consacrer à, partager avec, considérer avec une passion spéciale, être pour, être uni, etc. Aimer il est un acte que suppose un mouvement vers la satisfaction elle-même en satisfaisant à l'objet souhaité. Aimer la sagesse sera, par conséquent, de vouloir être intellectuellement enrichi et de communiquer l'expérience propre du savoir.
     Dans une perspective logique, philosopher c'est un acte qui peut exprimer deux mouvements par rapport au savoir :
     a) Dévoiler les contenus que la nature enferme.
     b) Ordonner le savoir dans un espace logique.

1.1.2  En étant la philosophie une passion pour savoir, son cadre sera l'universalité de la connaissance, ce qui implique deux caractéristiques :
     1ª  L'aménagement du savoir particulier au général.
     2ª  La vérification de tout savoir selon des critères d'universalité.
     Bien que l'objet de la philosophie soit tout le savoir, elle construise sa manière opérationnelle depuis les dernières causes ou la sagesse plus universelle vers les applications les plus particulières. La philosophie considère l'unité du savoir logique, qui implique la non-contradiction de deux contenus du savoir considérés sous une identité causale. Pour cette raison d'économie la philosophie étudie le savoir universel depuis les dernières causes qui produisent les principes de savoir davantage d'universels.
     La fin propre de la philosophie ne correspond pas en sachant empirique ou immédiat de chaque démonstration, mais à laquelle il est suivi de la contemplation rigoureuse des vérités qui sont données dans les essences. Pour cette raison, sa méthode habituelle sera l'analyse des réalités propres et communes des êtres. Cependant, il observe la connaissance empirique dans ce qu'il peut être prêché de l'essence.

1.1.3  Le binômie philosophie sociale exprime la réalisation du concept de philosophie dans le cadre de la société. Il sera identifié comme le compromis en savoir ce qui concerne la nature, l'objet et la fin des relations humaines. Son cadre comprendra l'universalité de ces relations depuis son aspect nombre, type ou qualité. La philosophie sociale part de l'homme comme être relacionable et considère la nature de ses relations de groupe depuis celles plus simples à celles plus universelles ; depuis le type de ces dernières : affectives, de travail, politiques, culturelles... jusqu'à la qualité ou à l'effet de bien que ces dernières dérivent pour l'homme.
1.2  Objet de philosophie sociale.
1.2.1  En ayant pour objet la philosophie comme science pénétrer sur l'adéquation à la vérité la plus radicale qui enferme chaque proposition qui peut être pensée, la philosophie sociale étudiera l'objetiver les conditions de vérité dans lesquelles on développe les relations humaines.
1.2.2  La dernière référence pour l'évaluation des relations humaines est unique, et consiste sur la nature ou l'ordre global existentiel du cosmos.
     Puisque la philosophie sociale s'occupe de l'étude de relations humaines, son dernier relatif de la nature présentera deux aspects différenciés :
     1º L'homme comme sujet de toute relation sociale.
     2º La nature matérielle comme cadre de la relation.
1.2.3  La référence spécifique á l´être de la personne humaine est constituée comme fondement de la philosophie sociale étant chaque personne comme individualité celle qui agit comme sujet des relations sociales. La nature spécifique et la forme d'être de l'homme dépendra la substantialité de ses relations et l'adéquation aux critères de vérité comme ils soient adaptés à leur véritable essence.
     C'est pourquoi, la référence à son ontologie fait partie complète de l'aide á le but de la philosophie sociale en distinguant les aspects ontologiques et existentiels qui influencent leur comportement relationnel. Bien que l'être humain dans son unité soit un seul agent dans chacun de ses actes, il aura déterminé des espaces intellectifs et décisoires qui seront les plus directement liés à la relation, étant ceux-ci ceux qui coopèrent de manière spéciale dans le but de la philosophie sociale.
1.2.4  La nature ou le monde matériel à auquel l'homme appartient, et dans la réalité duquel l'homme est, est constituée comme objet essentiel de la philosophie sociale parce qu'en lui les relations humaines se produisent.
     La matière détermine en partie les comportements de l'homme de deux manières: l´une directe, comme le détermine dans sa substance matérielle ; et l´autre indirecte, comme il est mis en rapport avec les autres substances matérielles avec lesquelles il partage la vie.
1.2.5  L'homme, en plus, comme sujet est aussi constitué comme objet de la philosophie sociale comme but  des relations sociales.
    Toute relation est directionnel ou bidirectionnel, en requérant un sujet et un objet. Quand la relation sera donnée entre des personnes, chacune de d'elles peut être considérée comme sujet, mais aussi comme but ou objet de la relation. La philosophie sociale, par conséquent, devra étudier en différenciant que les contenus de vérité qui affectent l'entité de l'être humain dans chaque relation s´adaptent non seulement considérant à la personne comme sujet mais aussi comme terme ou cause finale. La relation sera seulement adaptée à la nature quand elle ne nuira pas aux essences de nature des deux extrémités de la relation.
1.3  Espace dans la philosophie.

1.3.1  La philosophie sociale dans la philosophie est situé entre les sciences axiológicas qui considèrent la valeur morale des actes humains. La société est l'ensemble de relations qu'établissent les êtres humains, dans la mesure que ces dernières sont conforme à leur nature et fin pourront être évaluées comme un bien ou un valeur intrinsèque pour la personne générant le cadre du bien commun.

1.3.2  La philosophie sociale requerra aussi l'appui de l'ontología et la métaphysique dans l'analyse de l'essence de l'être humain, de la logique dans l'aménagement des actes relationnels, de la psychologie sur la perception intellectuelle de la société par la personne, de la cosmologie sur la détermination du cadre matériel dans la manière de être et très spécialement de l'éthique comme recteur du bien commun.

1.3.3  La philosophie sociale aura sa méthode propre de nature spéculative depuis l'être dans ses relations plus simples à celles plus complexes ; tant dans quelques comme dans d'autres il est nécessaire que la personne ne renonce pas à sa valeur essentielle : être individuel de nature intellectuelle libre. C'est pourquoi, la philosophie sociale ne peut pas perdre la perspective de l'unité de pensée qui est conjuguée entre les différentes branches de la philosophie qui considèrent un même être vrai.

1.3.4  Les conclusions de la philosophie sociale seront seulement certaines si en plus qu'elles ne présentent pas une contradiction interne qui n'est pas indigne de ses contenus de vérité non plus elles sont contraires à la critique que tout autre branche de la philosophie peut effectuer sur une certaine proposition conclusive. Si polémique en ce sens se trouve il faudra remettre en question l'analyse que chacune de ces branches effectue jusqu'à atteindre les authentiques conditions de vérité qui satisfont à toutes les formes de la science philosophique.

1.4  Relation avec d'autres disciplines.

1.4.1  La philosophie sociale est apparentée directement avec la sociologie dès que toutes les deux ont pour but la société. La différence essentielle entre toutes les deux est que tandis que la sociologie étudie comment ils sont les comportements sociaux, la philosophie analyse comment ils doivent être ces derniers à la lumière primaire de la manière de être de leur sujet: la personne humaine.

1.4.2  Par sa condition comme être intellectuelle et libre, l'être humain il n'est pas consacré au déterminisme cosmique, en pouvant construire la société structurée sur les relations justes ou erronées, qui, en plus d'influencer lui comme un bien ou une limitation, influencent le système universel en le perfectionnant ou en le dégradant.

1.4.3  La sociologie est constituée comme une science expérimentale des relations eues et son influence sur le comportement de l'être humain. La philosophie, par contre, part de l'analyse de comme devraient être les relations, et par conséquent beaucoup de leurs conclusions ne peuvent pas empiriquement être vérifiées parce que, bien qu'elles doivent avoir été d'une certaine manière, la réalité sociale encore il ne les a pas effectuées, ce qui rend impossible sa vérification expérimentale.

1.4.4  La science de la philosophie sociale suit une méthode radicalement différente à la sociologie, ce pourquoi ses conclusions ne sont pas évaluables cette discipline, sauf dans très réduites aspects.

1.4.5  La philosophie sociale garde aussi relation avec d'autres sciences, comme l'anthropologie, la psychologie expérimentale, les sciences politiques, la géographie, la linguistique, les sciences de la communication et quelqu'un autre science qui a pour but le comportement de l'homme dans la sphère sociale.